top of page

L’Argent & Moi ? Jouer avec abondance.

 « Le jeu est le travail de l’enfant », disait Françoise Dolto…et de l’adulte aussi, preuve en est : un Coach Professionnel Certifié - Thérapeute Narratif orienté sur les émotions et une Gestionnaire en Patrimoine  vous proposent un serious game au sein de l’Atelier Coquelicot & Co, à Marseille.

Retours sur « L’Argent et moi », une expérience ludique qui peut VOUS rapporter gros.  

Ils fixent les règles.

Au départ était le jeu, celui de Robert T. Kiyosaki, l’auteur du best-seller « Père riche, père pauvre. » Fervent défenseur de l’éducation financière, il dénonce notre rapport à l’argent et plus particulièrement les blocages qui nous maintiennent dans une perception limitante et aliénante de notre vie active. Également critique envers les méthodes d’enseignement classiques, cet entrepreneur américain spécialisé dans le développement personnel crée le jeu de société Cashflow : un outil ludique qui enseigne comment investir pour vivre avec une plus grande aisance financière. Tous les ingrédients y sont donc réunis pour inspirer nos deux experts sur les questionnements des participants sur leur rapport à l’argent.

 

Aux commandes, Olivier-Georges Paris, ex-conseiller crédit et expert dans le financement et l’accompagnement à la création d’entreprises. Pour lui, l’argent est avant tout de l’énergie à libérer. Créateur de Kairos conseils & Co, ce coach spécialisé dans les émotions, certifié par l’Institut Maïeutis et également thérapeute narratif, est l’auteur de plusieurs livres dont : « On n’est riche que de ses clients » et « On n’est riche que de son argent : 100 thunes & 100 amertumes ». Autant dire que pour lui, l’argent est toute une histoire, une véritable source d’inspiration.

 

A ses côtés, son associée Hélène Chambris, fondatrice de Générose, spécialiste en gestion financière et Gestalt thérapeute. Pour elle, l’argent est surtout un moyen qui permet de « […] répondre à un projet qui nous tient à cœur, accompagner nos enfants dans leurs études et leur épanouissement, s'assurer une retraite sereine et maîtriser la transmission de nos biens… tout en vivant et en travaillant, doucement, décemment et joyeusement ».  Son programme d’accompagnement FILIANSE lui permet d’accompagner ses clients dans la gestion de leur budget et d’optimiser leur situation financière. Formée à la Gestalt thérapie et musicienne professionnelle, elle apporte également sa lecture des émotions et une note artistique lors des ateliers de travail, nous y reviendrons.  

 

Deux personnages et deux joueurs dans l’âme qui ont trouvé dans ce serious game, le moyen d’aborder les tabous autour de l’argent. Deux passeurs de sens.

A quoi JE joue ?

Jouer n’est pas qu’une affaire de plaisir, c’est une posture face à la vie aussi. Dans cet atelier, la séance commence par une phase d’inclusion pour mieux se connaitre et « savoir avec quoi j’arrive ». Chaque participant est invité à se connecter à son histoire, celle qu’il se raconte autour ou en lien avec le sujet de l’argent ; les objets aidants.

 

Pour ce faire, un panier rempli d’artefacts insolites et colorés lui est proposé avec pour consigne d’y piocher un ou deux éléments qui lui serviront à inventer une histoire, son début de récit sur le thème de l’argent. Isabelle, salariée expérimentée dans le secteur de la banque, choisit une étoile en plastique. « Elle est éteinte, ça ne bouge pas… », l’objet la ramène à sa passivité ou plutôt aux blocages qui l’empêchent d’agir comme elle le voudrait. Et que dire de Sylvain qui voit dans la tête d’un canard ornée d’une couronne, le « cygne » qu’il n’est pas encore devenu ? D’emblée, l’atelier affiche la profondeur du travail qui va suivre.

Tous assis autour d’une table, une séance de dessin s’organise. L’idée ? Donner forme à ce qui nous vient quand on pense à l’argent. Crayons de couleurs, feutres ou stylos, il y a de quoi faire. Et pour aider à la séance de création, Hélène entame un air de musique avec un ocarina. Apaisement et pèse flottent dans la pièce, ensemble.

 

Sylvain pose un mur, en plein milieu de sa feuille. Des flèches conduisent vers l’obstacle tandis que des branches rouges recouvrent son sommet. « Je vois ça comme une forme étrange qui se cache derrière le mur. Est-ce un monstre ou un arbre magique et abondant ? Je ne le sais pas encore. Heureusement, un œil bleu et bienfaisant m’accompagne et me surveille. Je ne suis pas loin de passer de l’autre côté du mur… »

De son côté, Jean-Marc a carrément composé une carte mentale qui mêle autant de formes que de mots, de flèches que d’indications. Bien décidé à débloquer quelque chose en lui, il affiche une forme et une énergie communicative aux autres participants.

 

On passe aux choses sérieuses, le jeu !

« On propose une plongée virtuelle dans la réalité du participant », Olivier-Georges Paris

La Cashflow, c’est aussi un jeu de rôles. Chaque participant tire une carte et découvre son avatar. Sylvain, plutôt fauché dans la vraie vie, devient pilote de ligne ! 5000 euros de revenu mensuel, de quoi changer son rapport à l’argent et décoller d’un coup ! Jean-Marc, entrepreneur énergique, se retrouve concierge. Cage dorée ?  Plutôt salaire modeste et peu d’opportunités de placements : un challenge pour cet habitué des prises de risques.

 

Un coup de dé et chacun avance à son rythme. Jour de paie pour toucher son salaire, cases affaires afin de réaliser des investissements, carte « Marché » (réaliser des transactions) et même « Chance », « Nouvel enfant » ou « Chômage », tout est pensé pour pousser les joueurs dans leurs retranchements. Une grille permet de calculer l’évolution de son budget et de parfaire son éducation financière à mesure que la partie prend forme. Entre les cases dynamiques du jeu et l’aspect austère de la feuille de calcul, la magie opère. Cela oscille entre Plongée émotionnelle & découverts, attentes fébrile, espoirs et gains et euphorie.

 

À mesure que les joueurs évoluent avec leurs avatars, ce sont de nouvelles facettes d’eux-mêmes qui émergent. « Il n’y a pas de transformation sans processus émotionnel », Oliver-Georges Paris et Hélène Chambris accompagnent la partie et l’acceptation des émotions qui s’y jouent.   

 

Sylvain découvre que si l’argent a toujours été quelque chose de très sérieux, la maîtrise de ceux qu’il admire n’est autre qu’une forme de jeu, l’expression de leur capacité à prendre des risques. « Mon père était expert-comptable. L’argent tenait une place centrale au cœur de notre foyer. Il passait même avant nous… », alors j’ai titré un trait autour de la question d’argent. Chat échaudé craint l’addition des chiffres ou l’addiction aux gains ! « Et si l’argent commençait à avoir une autre coloration pour moi » nous confie-t-il en lançant les dés.

 

« Le concierge, il est pété de thune dans sa cage dorée en fait ! » Jean-Marc, lui, a relevé le défi. En tirant la carte « On to you », il a réussi à revendre des actions au bon moment : 8000 euros de gains. « Le plus petit salaire mais la plus grande chance ». Fanfaronner fait partie du jeu… et  un peu de l’EGO du gain.

 

Magalie, ancienne graphiste et avocate dans le Cashflow, retrouve son goût pour la justice. Elle, qui dans la vraie vie a souvent bataillé pour boucler ses fins de mois, apprend qu’il ne sert à rien de payer ses dettes… Le secret c’est plutôt de les étaler, les solder un peu chaque mois, pour ne surtout pas toucher à son capital.

La quête du JE

« Et si l’essentiel était ailleurs ? », Olivier-Georges Paris ne croit pas si bien dire. Isabelle fait un don à Jean-Marc qui est dans une passe compliquée, celui-ci tire une carte et gagne une importante somme d’argent qui lui permet d’aider Magalie, passée par la case chômage. Sylvain, qui veut monter un orphelinat, reçoit une somme de la part de Magalie, qui vient de retrouver un travail. Et enfin, Sylvain, à présent rentier, rend le double de la somme de départ à Isabelle. Comment aurait-on pu en arriver là sans avoir accepté de jouer avec ses billets ? Chaque participant a opéré une prise de conscience, aussi ludique soit-elle.

 

Isabelle, plutôt frileuse dans la vraie vie, est celle qui a le plus évolué. « Je suis surprise de voir tout ce que j’ai pu gagner durant cette partie, moi qui suis trop statique dans la réalité… » Mais lorsque les coachs creusent avec elle, c’est une autre réalité qui en ressort : « Je sais que lorsque mes proches ont des problèmes d’argent, c’est vers moi qu’ils se tournent. » Isabelle réalise peu à peu qu’elle est bien une « personne ressource ».

 

Jean-Marc prend conscience de sa frustration face à l’argent. Pour lui, tirer la mauvaise carte le ramène à un investissement raté, il y a quelques années. « Aujourd’hui, mon objectif était de gagner 23000 euros dans cette partie, soit la somme que j’ai perdue en faisant confiance à un ancien associé. » Et s’il ne les a pas retrouvés, il s’est souvenu d’une anecdote ressourçante : « Petit, on m’appelait le trouveur. Je tombais toujours sur des pièces ou des billets dans la rue ! » Tout espoir reste donc permis pour lui. 

 

Sylvain, lui, s’est trompé. « Dans la case « Indiquez votre rêve » :

« j’ai écrit devenir un artiste. Mais je vois bien que ma partie tournait autour d’une autre idée : devenir propriétaire. Je crois que mon rêve actuel, celui qui est rattaché à l’argent, c’est plutôt de fonder une famille. »

Certaines choses ne s’achètent pas mais il est important de réaliser leur coût. Sylvain repart avec une envie bien plus grande que la valeur qu’il attribuait à l’argent.

 

Finissons sur Magalie, la justicière. « J’ai longtemps souffert de mon rapport à l’argent, à tel point que je me faisais souvent avoir quand il s’agissait d’en parler ou de le placer. », on sent comme de l’agacement derrière son sourire et ses yeux pétillants. « Ça me rappelle cette conseillère qui m’avait donné de mauvaises infos sur la loi Chatel. J’ai vérifié le tout de mon côté et je l’ai rappelée le lendemain, histoire de bien lui montrer que je n’étais pas dupe ! », toujours avec le sourire, Magalie montre les dents. « Aujourd’hui, je me suis reconvertie en conseillère financière, je répare quelque chose en développant mes connaissances sur l’argent. » La boucle est bouclée.

Plus qu’un jeu : le coaching

En guise de déclusion, l’atelier ouvre sur une heure de coaching avec Hélène ou Olivier-Georges à prendre dès que possible.

 

Cet accompagnement s’articule autour des trois axes :

  • La gestion financière, afin d’apporter un cadre fort et sécurisant

  • Gestalt thérapie ou lire les émotions pour mieux les comprendre et les accepter

  • Une thérapie narrative dans le but de réécrire son rapport à l’argent 

 

Très prochainement, l’atelier Cashflow évoluera vers d’autres formes de richesses. Chaque histoire de participants sera compilée dans un livre et un séminaire à destination des entreprises sera organisé dans la région. Tout comme son sujet de prédilection, l’atelier fructifie à mesure qu’il enrichit ses participants.

 

Prochain rendez-vous le… : https://my.weezevent.com/atelier-largent-moi-1

bottom of page